LATOMUS

  
Accueil/Welcome    Infos & contacts    Membres    Revue/Journal    Collection    Histoire/History    Barthelemy Latomus


Historique

La Société d’études latines de Bruxelles fut fondée le 11 juillet 1936 par un groupe de professeurs et d’anciens élèves de l’Université Libre de Bruxelles. L’association, constituée entre Marc-Antoine KUGENER (Président), Léon HERRMANN (Secrétaire), Gilbert HEUTEN (Trésorier), André BOUTEMY (Secrétaire adjoint), Marcel RENARD (Trésorier adjoint), Henri JANNE et Félix PEETERS, s’était fixé pour but de « promouvoir les études latines en Belgique, en particulier dans les milieux en rapport avec l’Université Libre de Bruxelles, par tous les moyens en son pouvoir et notamment par la publication de livres et de revues ou par la participation à de semblables publications, par l’organisation de conférences et de représentations » (art. 2 des statuts).
Lors de son assemblée générale du 10 octobre 1936, la Société décidait d’organiser des représentations des « Adelphes » de Térence par la troupe du « Jeune théâtre de l’Université Libre de Bruxelles ». Les spectacles, qui se donnèrent au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles durant les premiers mois de 1937, connurent un réel succès et rapportèrent des gains qui permirent, la même année, le financement des « Études horatiennes », publiées dans les « Travaux de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Bruxelles », et surtout, le lancement d’une Revue trimestrielle consacrée aux études latines. Le nouveau périodique, publié sous la direction de M.-A. KUGENER et de L. HERRMANN, s’appela « Latomus », en souvenir d’un ami d’Érasme, Barthélemy Latomus. Dès le premier fascicule paru en 1937, la Revue s’imposa à l’attention du monde savant par la qualité et la variété de ses articles, qui émanaient non seulement de l’école bruxelloise, mais aussi de latinistes étrangers.
La Deuxième Guerre Mondiale et l’invasion de la Belgique contraignirent la Société d’Études Latines de Bruxelles à suspendre ses activités. Apprenant qu’il ne pourrait poursuivre la publication de la Revue que s’il demandait l’autorisation de l’occupant, le comité directeur « estima qu’il n’était pas de sa dignité de solliciter quoi que ce fût de l’envahisseur et résolut d’attendre des jours meilleurs » (Latomus 4, 1940-1945, p. 3). Durant ces années sombres, la Société d’Études Latines de Bruxelles fut endeuillée par la disparition de deux de ses membres fondateurs: son trésorier, G. HEUTEN, tué face à l’ennemi le 28 mai 1940, et l’un de ses directeurs, M.-A. KUGENER, décédé en 1941.
Après la Libération, « Latomus » recommença à paraître sous l’impulsion de L. HERRMANN, A. BOUTEMY et M. RENARD. Un inlassable dévouement devait promouvoir ce dernier aux fonctions de rédacteur en chef en 1953, de directeur en 1960 (aux côtés de L. HERRMANN, qui conserva ce titre jusqu’à son décès, en 1984) et de directeur général en 1978 (fonction qu’il occupa jusqu’à son décès, en 1990). Son successeur fut Carl DEROUX, rédacteur en chef depuis 1978, puis directeur général de 1990 à 2012. Durant ces 34 ans à la tête des activités de Latomus, il a profondément marqué l’institution en augmentant considérablement le volume de la revue, en créant les « Studies in Latin Literature and History » et en oeuvrant résolument pour l’internationalisation des publications.
Parmi ceux qui dans le passé prirent une part active à l’élaboration et à la gestion de « Latomus », il convient de citer les noms de trois autres collaborateurs, hélas trop tôt disparus: Louis BAKELANTS (trésorier de 1952 à 1965), Jean PRÉAUX (secrétaire de rédaction de 1946 à 1960, rédacteur en chef à partir de 1960 et co-directeur de 1973 à 1978) et Guy CAMBIER (membre du comité directeur depuis 1962, trésorier à partir de 1965 et co-directeur de 1973 à 1981).
Il est un autre grand secteur des activités de la Société d’études latines de Bruxelles, de renommée internationale lui aussi, qui doit encore être évoqué. En 1939, la Société lançait la Collection « Latomus » avec l’édition par A. BOUTEMY d’une comédie latine inédite, la « Chrysis » d’Aeneas Silvius Piccolomini, le futur pape Pie II. M. RENARD devait très rapidement devenir la cheville ouvrière de cette entreprise. Il en assuma la direction jusqu’à son décès en 1990 et fut remplacé dans cette charge par Jacqueline DUMORTIER et Carl DEROUX.
Le 4 octobre 1997, la Société d’études latines de Bruxelles a célébré le 60e anniversaire de « Latomus » en organisant dans les locaux de l’Université Libre de Bruxelles une journée d’étude intitulée: « Rome, le latin et nous ». C. DEROUX prononça à cette occasion une allocution, dont le titre résume bien l’ambition de la Société: « Latomus: 60 ans au service des études latines, de la recherche et de la culture, en Belgique et dans le monde ». A. MARTIN annonça la réalisation de « Tables des travaux publiés dans la Collection et dans la Revue (comptes rendus exceptés), 1937-1996″ publiées dans un volume hors série de la Collection en 1999.
Depuis 2011, une initiative de modernisation informatique de la « Société d’études latines de Bruxelles » fut lancée: Latomus signa un contrat avec l’entreprise JSTOR afin d’assurer l’archivage électronique à long terme et l’accessibilité internationale durable de la revue. En février 2012, Carl DEROUX, après plus de 40 ans au service de Latomus, démissionna de sa fonction de président de la société et de directeur de la revue tout en conservant ses fonctions de co-directeur de la collection, et le conseil d’administration de la société désigna comme son successeur David ENGELS, déjà rédacteur en chef de la revue depuis peu.
Depuis lors, Latomus s’est doté d’un rigoureux système de double blind peer review pour la Revue et la Collection, a mis sur pied le présent site internet avec ses fonctions de recherche et de commande, et a établi, depuis fin 2014, une collaboration avec la maison des éditions PEETERS qui se charge désormais de la production, diffusion et publicité des publications de la Société d’Études Latines de Bruxelles. De 2015 à 2017, David ENGELS a assumé seul la direction de la Collection Latomus.

History

The Society of Latin Studies of Brussels (La Société d’études latines de Bruxelles) was founded on 11 July 1936 by a group of teachers and former students of the Free University of Brussels (L’Université Libre de Bruxelles). The organisation –formed by Marc-Antoine KUGENER (President), Léon HERRMANN (Secretary), Gilbert HEUTEN (Treasurer), André BOUTEMY (Assistant Secretary), Marcel RENARD (Assistant Treasurer), Henri JANNE and Félix PEETERS– set as its goal “the promotion of Latin studies in Belgium, especially in contexts connected with the ULB, by all the means at its disposal, and especially by the publication of books and journals, or by participation in such publications, or by organising conferences and productions” (article 2 of the statutes).
At its 10 October 1936 General Meeting, the Society decided to organise a production of Terence’s Adelphi by the “ULB Young Theatre” troupe. These performances, which took place in Brussels’ Palais des Beaux-Arts during the first months of 1937, were a genuine success. The proceeds financed, in the same year, the printing of a work entitled Études horatiennes, published in the Travaux de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université Libre de Bruxelles, and moreover the launching of a quarterly review dedicated to Latin studies. The new periodical, published under the editorship of M.-A. KUGENER and L. HERRMANN, was called “Latomus”, in memory of a friend of Erasmus, Barthélemy Latomus. From its first issue, which appeared in 1937, this journal attracted the attention of the world of learning due to the quality and variety of its articles, which came not only from the Brussels school but also from Latinists outside of Belgium.
The Second World War and the invasion of Belgium forced the Society to suspend its activities. Learning that it could only continue to publish its journal if it sought authorisation from the occupying power, the Management Committee “judged that it was beneath its dignity to seek anything whatsoever from the invader and resolved to wait for better days” (Latomus, 4, 1940-1945, p. 3). During these dark years, the Society mourned the loss of two of its founding members: its treasurer, G. HEUTEN, who was killed fighting against the enemy on 28 May 1940, and one of its editors, M.-A. KUGENER, who died in 1941.
After the Liberation, “Latomus” began to appear once again, at the instigation of L. HERRMANN, A. BOUTEMY and M. RENARD. His tireless dedication saw RENARD promoted to the roles of Redactor in Chief in 1953, Director in 1960 (alongside L. HERRMANN, who retained this title until his death in 1984) and Director-General in 1978 (a position he occupied until his own death in 1990). His successor was Carl DEROUX, Redactor in Chief since 1978 and Director-General from 1990 to 2012. During these 34 years at the head of Latomus, he shaped the institution enduringly by notably increasing the journal’s volume, by creating the “Studies in Latin Literature and History” and by pushing forward the internationalisation of publications.
Among those who in the past took an active role in the production of management of “Latomus”, it is fitting to name three other contributors, who were alas taken from us too early: Louis BAKELANTS (treasurer from 1952 to 1965), Jean PRÉAUX (editorial secretary from 1946 to 1960, editor in chief from the beginning of 1960 and co-director from 1973 to 1978) and Guy CAMBIER (member of the management committee from 1962, treasurer from 1965 and co-director from 1973 to 1981).
Another significant area of the work of the Society, also internationally renowned, should also be mentioned here. In 1939, the Society launched the Collection “Latomus”, when A. SOUTEMY edited a previously unpublished Latin comedy, the Chrysis of Aeneas Silvius Piccolomini (1405-1464, Pope Pius II, 1458-1464). M. RENARD would very quickly become the mainspring of this enterprise. He edited the Collection until his death in 1990 and was followed by Carl DEROUX and Jacqueline DUMORTIER.
On 4 October 1997, the Society celebrated the sixtieth anniversary of the “Latomus” by organising at the ULB campus a day of studies entitled “Rome, Latin and Us.” On this occasion, C. DEROUX delivered an address the title of which fully summarises the Society’s ambitions: “Latomus: Sixty years of service to Latin studies, research and culture, in Belgium and throughout the world”. A. MARTIN announced the completion of Tables des travaux publiés dans la Collection et dans la Revue (comptes rendus exceptés), published in a special volume of the Collection in 1999.
In 2011, an initiative to modernise the Society in line with information technology was launched. Latomus signed a contract with the JSTOR company in order to ensure the long-term electronic archiving of the journal and its lasting accessibility to an international audience. In February 2012, Carl DEROUX, after more than 40 years at the service of Latomus, resigned from his functions as president of the society and Director of the journal, and the society’s board designed as his successor David ENGELS, who had recently also been designed as Redactor in Chief.
Since then, Latomus has adopted a policy of strict double blind peer review of all works submitted to the Journal and the Collection, set up the present website with its searchable database and purchase-function, and has established, since the end of 2014, a collaboration with the publishing house PEETERS charged with the production, diffusion and publicity of all publications of the Société d’Études Latines de Bruxelles. From 2015 to 2017, David ENGELS was sole director of the “Collection Latomus”.